Vous êtes ici

Demain, le prédicateur, c'est vous !

Anne SOUPA
Chaire de l'église de Nysted, au Danemark
Wikimedia. Erik Damskier

« Prêcher… Moi ? Quelle drôle d’idée... » Et pourtant, qui ne s’est dit, l’une fois ou l’autre, en écoutant une homélie un peu rébarbative ou un peu à côté de la plaque : « Moi, j’aurais eu des choses à dire ! » Alors, pourquoi perdre ce capital de foi, d’espérance et de charité que nous portons en nous ? Si nos vases sont d’argile, notre trésor est bien là... La parole de tous les fidèles du Christ a du prix et c’est un gâchis de la laisser se perdre. Beaucoup de prêtres eux-mêmes le souhaitent, car ils se lassent de devoir prendre la parole au moins une fois par semaine, sinon davantage. Beaucoup seraient prêts à confier à des laïcs un temps de prédication (à condition qu’il ne prenne pas le titre d’« homélie » !). Et il n’y a pas que les homélies… C’est pourquoi la Conférence vous propose d’aller à l’école. Pas à y « retourner », mais à y aller pour la première fois, car de telles écoles n’existent pas encore. La proposition que vous offre l’Alliance saint Dominique, avec le partenariat de la Conférence est une chance à saisir. Lisez plutôt ! Attention, les places disponibles ne sont que de 25.

Anne Soupa

Version téléchargeable
Liste des documentsTaille
Icône PDF Programme de formation : École de la prédication67.04 Ko
Commentaires
Yolande

Voilà une idée très originale et pertinente! Mais... si pour les hommes ordonnés "tout doit passé par Rome", pour les laïcs "tout passe par Paris"!

Nadine B.

Je voudrais vous partager mon expérience, puisqu'à Bruxelles, nous sommes un petit groupe (de femmes !) qui nous formons à la prédication depuis quelques années. C'est (aussi) un Dominicain qui nous accompagne, et nous utilisons le vocabulaire 'exhortations'. Régulièrement, nous intervenons dans notre paroisse au cours de célébrations dominicales, seule, à deux voix ou davantage. Au cours de la semaine de l'unité, dans le cadre d'un échange annuel entre notre paroisse et une communauté protestante, c'est nous qui avons assuré la prédication pendant le culte : ce fut une belle expérience oecuménique, très impressionante !
Personnellement, je suis aussi aumônier en hôpital, et pendant 5 années, toutes les 3 semaines, j'ai fait la 'prédication-exhortation-homélie' pendant la messe dans une résidence de personnes âgées. J'anime aussi des célébrations d'adieu (funérailles) à l'hôpital : les occasions ne manquent donc pas !
J'avoue que je suis d'un naturel timide et que prendre la parole 'en public' ne me ressemble pas, mais je dois aussi dire que lorsqu'il s'agit de commenter la Parole de Dieu, je me sens 'pousser des ailes', et cela me touche profondément, c'est comme si j'y étais poussée... Comment ne pas voir là l'action de l'Esprit de Dieu ? Nous ne savons pas jusqu'où Il nous conduira, mais nous lui faisons confiance...

Ajouter un commentaire