Vous êtes ici

Confiance, dormons : ça pousse !

Christine TASSET
Fleur de moutarde
binette-et-cornichon.com

Dimanche 10 juin 2018 – 10e dimanche du temps – Mc 4, 26-34

Pas trop impressionnantes ces images qui rendent accessible quelque chose de difficile à comprendre. On se sent « autorisé » à faire part de ses expériences de jardinage, de semis, ça nous parle : étonnant non ? Quelle pédagogie déployée par Jésus ! Se mettre à la portée de son auditoire, pas des grands théologiens, non, des « petits ». « Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole. »

Rien de moins, pourtant, que de faire comprendre ce qu’est le « Royaume de Dieu », offert à tous les êtres humains, sans tomber dans le piège des mots, outils parfois inadaptés pour rendre compte de réalités spirituelles.

L’homme de la première parabole dort paisiblement, son travail accompli. Une façon, pleine de tendresse, de rappeler que le travail humain, s’il est nécessaire, n’est pas les seul à l’œuvre. Il y a du dynamisme dans la nature, une admirable vitalité qui rappelle la force créatrice de la Genèse ! « Que la terre se couvre de verdure… » Miracle qui se renouvelle sous nos yeux en ce printemps humide et chaud. L’exubérante vitalité de la nature nous porte à l’émerveillement et à la joie.

On peut aussi discerner dans ces paraboles l’aimante coopération offerte par Dieu aux humains : afin que la semence pousse, il faut travailler, rendre la terre accueillante aux graines, surveiller l’apparition des jeunes pousses, les protéger des rigueurs du climat, des prédateurs… avant la récolte. Et quelques fois, malgré tous les efforts, il n’y a pas de récolte. On ne sait jamais à l’avance. Tels des jardiniers, nous sommes invités à faire notre part, dans la confiance, la certitude que quelque chose germe, même si on ne voit rien.

La deuxième des paraboles met l’accent sur ce qui est petit, les graines de moutarde, mais ce petit devient tellement grand que les oiseaux peuvent faire leur nid dans son ombre. Ces images résonnent fort dans une civilisation agricole ; que peuvent-elles dire, de nos jours, alors que nos conditions de vie ont changé ? Qui a-t-il de petit aujourd’hui : un bébé, une personne SDF, migrante, handicapée, pauvre, désorientée, au chômage, humiliée, isolée, souffrante ?

Et c’est ce monde-là, à l’envers, que Jésus annonce. Le Royaume de Dieu s’appuie sur ce qui est le plus faible à nos yeux, sur ce qu’on pourrait écraser, par inadvertance.

Croyons avec confiance que Dieu, Père, Fils, Esprit est au travail pour faire grandir son Royaume et qu’il agit par ces « petits », vulnérables, qui nous sont confiés. Avec le psalmiste interrogeons-nous « Qui donc est l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ? » (8).
 

Christine Tasset

Rubrique du site: 
Les actualitésCommentaires des lectures dominicales
Ajouter un commentaire