Communiqué sur la signature de l’accord entre les Lefebvristes de Mgr Fellay et le Saint-Siège

18 avril 2012
Par

Nous accueillons avec circonspection l’annonce du porte-parole du Vatican, le P. Lombardi, selon laquelle l’accord entre le Saint-Siège et les responsables de la Fraternité Saint-Pie-X serait en passe d’aboutir. En effet, la longue tradition de mensonge, de déloyauté  et de parole donnée et reprise qui caractérise ce courant religieux justifie cette prudence. Le pape actuel, alors Préfet pour le Congrégation de la foi en fit lui-même, et de façon cuisante les frais voici 24 ans, lorsque, dans les jours qui précédaient les sacres des évêques qui allaient déclencher le schisme, il signa un accord avec Mgr Lefebvre, accord que celui-ci déchira sans hésitation moins de quarante-huit heures plus tard.

Les fidèles qui ont suivi Mgr Lefebvre dans le schisme, quoique faisant beaucoup de bruit, surtout en France représenteraient à l’échelle mondiale, selon les chiffres les plus souvent cités 400 000 personnes et 500 prêtres. Ces chiffres sont à mettre en perspective avec la population catholique, qui compte plus d’un milliard de personnes et 260 000 prêtres. Vu à l’échelle quantitative, c’est un non-évènement.

Reste le caractère symbolique du fait. S’il s’agit d’offrir au Saint-Père pour l’anniversaire de ses quatre-vingt-cinq ans, la réparation du camouflet qu’il a subi autrefois, nous sommes navrés que des motifs aussi personnels et légers puissent motiver un tel accord. Nous regrettons d’ailleurs que le pape Benoît, bien que de nombreux évêques français l’aient alerté, ne veuille pas prendre en compte l’idéologie politique aux antipodes de l’Evangile qui caractérise le courant lefebvriste. L’émoi international soulevé pas l’affaire Williamson lors de la levée des excommunications en janvier 2009, n’a semble-t-il pas suffi.

Plus grave encore, il est certain que cet accord sera un signe donné à ceux qui veulent réduire à un chas d’aiguille l’ouverture au monde qu’a constitué le Concile de Vatican II.

Par ailleurs, la signature du préambule doctrinal par Mgr Fellay, n’assure nullement une adhésion sincère des membres et des sympathisants de la Fraternité Saint-Pie-X aux principes de l’Église catholique tels qu’ils sont concrètement vécus dans les diocèses, les paroisses, les aumôneries et les multiples mouvements d’inspiration catholique. Les catholiques fidèles à Vatican II, n’ont trouvé jusqu’à présent dans les propos des responsables de la Fraternité aucune intention de vivre avec tous les courants de l’Église dans une relation charitable et civilisée. Il est à craindre que l’accord, s’il est finalement signé de part et d’autre, ait comme principale conséquence d’importer à l’intérieur même de l’Église la calomnie, l’intimidation et la violence. En cela, le remède serait pire que le mal.

Sur la méthode, employée, nous nous sommes dès l’automne insurgés contre le fait qu’un accord qui semblait revenir sur les textes conciliaires soit négocié de façon secrète dans des conciliabules d’arrière bureau.

Le procédé continue à nous choquer et malgré notre respect, nous ne pouvons en donner quitus au Saint-Père. Le concile est l’autorité suprême de l’Église catholique. Les textes issus des délibérations de l’ensemble de l’épiscopat mondial et promulgués par le pape sont réputés être inspirés par l’Esprit Saint. Ils ont une autorité telle que le pape ou un groupe d’évêques ne peuvent en biffer une partie, fût-ce pour obtenir une réconciliation.

Pour finir, nous déplorons que « les remèdes de la miséricorde » – l’expression appartient à Jean XXIII dans son discours d’ouverture du concile Vatican – dont le pape use envers des personnes qui ont passé les quarante dernières années à outrager Rome, les papes, les évêques et le concile ne soient pas ceux qu’il utilise envers les fidèles respectueux qui, au nom de l’Évangile, et afin que celui-ci soit proclamé aux petits, aux pauvres et aux pécheurs, demandent qu’un certain nombre de réformes aient lieu dans l’Église. Parmi ceux qui sont rejetés, nous pensons particulièrement à la foule innombrable de nos contemporains dont les vies ne sont pas conformes aux règles de conduite édictées par l’Église, divorcés-remariés, époux ou épouses de divorcé-e-s, personnes homosexuelles.

70 Responses to Communiqué sur la signature de l’accord entre les Lefebvristes de Mgr Fellay et le Saint-Siège

  1. 20 juillet 2012 at 16 h 31 min

    Je viens aussi de lire le communiqué de la Maison générale de la Fraternité Saint-Pie X qui ne me surprend guère, hélas !
    Rien que le langage employé provoque chez moi de l’urticaire…
    S’il arrivait que l’évêque de Rome et ses conseillers (pour ne pas dire « sa cour »…) acceptent de réintégrer dans l’Église Romaine des gens qui ont une telle vision de Dieu, du Christ, de Marie de Nazareth, et tout simplement du « gouvernement » de l’Église, je me demande vraiment si en conscience je pourrais continuer à rester dans le troupeau car, alors, bêler haut et fort ne servirait plus à rien…

  2. claudine onfray
    20 juillet 2012 at 16 h 11 min

    devant ce texte absurde, ridicule, d’un autre âge , de la langue d’une secte et non de l’Evangile espérons que le Pape et la Curie seront plus inspirés que pour Humanae Vitae

    mais n’oublions pas que l’Eglise c’est nous tous
    et le oui d’un Pape ne peut rien contre la volonté d’un peuple
    encore faudra t-il alors que ce peuple le crie au monde entier

  3. Cardabelle
    20 juillet 2012 at 12 h 56 min

    Je viens de lire cette déclaration en son entier.
    Rien que la citation qui la clôt disqualifie ses auteurs :
    « Enfin nous nous tournons vers la Vierge Marie, elle aussi JALOUSE des privilèges de son divin Fils, JALOUSE de sa gloire, de son Règne sur la terre comme au Ciel ».

    C’est moi qui souligne. Ils ne se rendent pas compte du ridicule total (voire « blasphématoire », pour utiliser leur vocabulaire) des mots utilisés ?

  4. Cardabelle
    20 juillet 2012 at 12 h 51 min

    C’est trop énorme ! Rome ne peut pas acquiescer, sauf à vouloir un départ très massif de l’ensemble des catholiques.

  5. M.F
    20 juillet 2012 at 12 h 32 min

    Comme l’annonçait le communiqué de la Maison générale de la Fraternité Saint-Pie X, du 14 juillet 2012, les membres du Chapitre général ont adressé à Rome une déclaration commune. Elle est rendue publique aujourd’hui.

    « (…) C’est pourquoi il nous semble opportun de réaffirmer notre foi dans l’Eglise catholique et romaine, seule Eglise fondée par Notre Seigneur Jésus-Christ, en dehors de laquelle il n’y a pas de salut ni de possibilité de trouver les moyens qui y mènent ; dans sa constitution monarchique, voulue par Notre Seigneur, qui fait que le pouvoir suprême de gouvernement sur toute l’Eglise revient au pape seul, vicaire du Christ sur terre ; dans la royauté universelle de Notre Seigneur Jésus-Christ, créateur de l’ordre naturel et surnaturel, auquel tout homme et toute société doit se soumettre.

    Egalement la Fraternité trouve son guide dans la Tradition constante de l’Eglise qui transmet et transmettra jusqu’à la fin des temps l’ensemble des enseignements nécessaires au maintien de la foi et au salut, en attendant qu’un débat ouvert et sérieux, visant à un retour des autorités ecclésiastiques à la Tradition, soit rendu possible.

    « Enfin nous nous tournons vers la Vierge Marie,(…)combien de fois elle est intervenue pour la défense, même armée, de la Chrétienté contre les ennemis du règne de Notre Seigneur ! Nous la supplions d’intervenir aujourd’hui pour chasser les ennemis de l’intérieur qui tentent de détruire l’Eglise plus radicalement que les ennemis de l’extérieur. »
    Ecône, le 14 juillet 2012

    Référence :
    http://www.laportelatine.org/maison/communiques/econe_chapitre_general_120711/chapitre_general_declaration_commune_120719.php

    Voilà qui est clair, un monarque le pape et une croisade — pourquoi pas armée — avec l’aide de Notre-Dame, contre qui ne se soumet pas, des lendemains douloureux si Rome dit oui !

  6. MF
    16 juillet 2012 at 9 h 35 min

    Nous saurons donc,en principe prochainement,si l’Eglise aura en son sein encore davantage d’adversaires du Concile dont elle s’apprête à célébrer l’anniversaire :

     » Communiqué de la Maison générale de la Fraternité Saint-Pie X (14 juillet 2012)
    Le Chapitre général de la Fraternité Saint-Pie X s’est achevé ce samedi 14 juillet 2012, à Ecône (Suisse). Réunis auprès du tombeau de Mgr Marcel Lefebvre, les capitulants ont rendu grâces à Dieu de la profonde unité qui a régné entre eux au cours de ces journées de travail.

    Le Chapitre général adressera prochainement à Rome une déclaration commune qu’il rendra publique par la suite.

    Le Supérieur général, Mgr Bernard Fellay, remercie vivement tous les prêtres et les fidèles de leurs prières ferventes pour ce chapitre. Ecône, le 14 juillet 2012″

  7. Jean-Pierre
    11 juin 2012 at 16 h 47 min

    Les « tradis » -non intégristes- que je côtoie le sont en toute bonne foi. Ils sont pour la plupart très actif dans la société et pas exclusivement dans les structures d’Église.
    Le pb est que l’institution -par souci de simplicité et de confort- flatte le tradi qui: ne pose pas de questions, ne « critique » pas, « paye » bien (classe moyenne supérieure), donne encore quelques prêtres. Inversement l’institution invite les « modernes » à: se taire, payer, donner le coup de main nécessaire en obéissant en silence, ou « partir » puisqu’elle constate qu’ils ne lui donne plus de prêtres ce qui est un signe qu’ils sont « mauvais ». La symétrie politique simplette « Modem-Ps »/ »Ump-Fn » est patente et en ligne avec le choix presque permanent (rares éclipses) vieux de bientôt deux millénaires du confort de l’ordre éternel -forcément proche de l’extrémisme intégriste- contre la raison questionneuse. Cette symétrie vaut largement au delà de la France et de l’UE.

  8. gershom leibowicz
    11 juin 2012 at 14 h 59 min

    à Jean Pierre. Oui ,plus le système est puissant et moins ceux qui le servent ont besoin d’élever la voix publiquement et à fortiori d’intervenir. Evidemment le filet de voix à peine audible au téléphone d’un nonce apostolique « suggérant  » que l’on adopte une position précise,est dans la réalité plus impérieuse que les rodomontades des malheureux, quelquefois instrumentalisés interrompant le rabbin Kryeger à Notre Dame de Paris.
    Bien sûr la Curie « canal historique » se sert de la FSSPX pour redonner la prééminence à ses conceptions antéconciliaires comme la FSSPX s’appuie sur elle pour être réintégrée sans rien céder sur le fond.

    Plutôt qu’à ces jeux pervers,dont la logique est exclusivement celle du rapport de force et reste très éloignée des valeurs évangéliques, je pense à tous ceux qui attendent de l’institution qu’elle les aide et les accompagne dans leur chemin de foi et particulièrement à nos frères et soeurs de sensibilité plus traditionnelle, dont la bonne foi est abusée par ceux à qui ils servent de supplétifs et d’idiots utiles dans leurs combats douteux.

  9. Jean-Pierre
    11 juin 2012 at 9 h 39 min

    Gershom, pour moi Benoit 16 est tombé volontairement dans ce piège, qu’il n’a peut-être pas trouvé grossier par manque de clairvoyance, par lassitude? C’est néanmoins sa volonté, … même si d’aucun l’ont vivement soutenu et poussé dans cette voie.
    Quant aux « malades » je n’ai pas entendu une seule voix institutionnelle les inviter publiquement à se questionner et à se calmer, ce qui fait douter qu’il y eu des appels invitation en privé à se faire soigner; on sent bien que les meneurs/souteneurs sont assez proches voire dans la Curie, argentés, sûrs de détenir la VERITE sans laquelle ils seraient perdus. Ces derniers, sans violences et la voix doucereusement mielleuse, ne sont-ils pas de plus grands malades que les agités et excités?

  10. claudine onfray
    11 juin 2012 at 7 h 54 min

    oui il est significatif que Rome ne met plus en avant l’Evangile mais le catéchisme !
    dans certains diocèses en France, des prêtres et des laîcs font de la résistance quand la coupe est pleine!!
    il y a une manière assez efficace de réagir c’est de ne pas donner au denier de l’Eglise, ni aux quêtes pour le Vatican, mais d’utiliser cet argent à aider des prêtres, des mouvements catholiques ou autres .
    dans peu de temps l’argent va être un problème et si on ne donne pas en disant: nous ne sommes pas d’accord avec ce qui se passe, avec ses petits chefs qui s’imposent et croient détenir la Vérité …..
    l’Evangile est déformé
    et si nous sommes nombreux à le faire …..peut-être entendront-ils?

  11. Cardabelle
    10 juin 2012 at 12 h 25 min

    @ Daniel LECORCHE
    Impressionnant ce document destiné aux prêtres, et qui confirme l’homélie de B XVI que j’ai commentée hier sur un autre fil. En catimini se dessine bien une volonté de reprise en main et de retour aux « fondamentaux (!) » d’avant Vatican II, hélas.

  12. gershom leibowicz
    10 juin 2012 at 10 h 35 min

    à Hélène T,Pour comprendre et combattre les positions de la FSSPX il ne faut pas oublier que le terrorisme est le plus souvent le fait de gens qui sont eux même terrorisés.La présence d’un rabbin dans un lieu catholique ou la rencontre d’Assise déstabilisent profondément les membres de la FSSPX car leur conception de la religion ne repose que sur une logique d’exclusion. Ils ne peuvent avoir raison qu’à la condition que les autres soient dans l’erreur.
    Leur vision de la religion n’est en fait qu’une tentative , assez pitoyable pour conjurer leur angoisse; ce qui explique leur intolérance et leur dangerosité ; c’est la raison pour laquelle aucun dialogue véritable et à fortiori constructif n’est possible avec eux.L’autre n’existe pas car il remet en cause leur propre existence. De tels actes démontrent que leur religion est une forme de sectarisme revêtu d’oripeaux chrétiens; je n’en veux pour preuve que leur attachement frénétique au rosaire et leur réthorique qui ne parle que de « réparation ».N’étant pas psychiatre , je ne suis pas compétent pour poser un diagnostic sur ce type de comportement individuel et collectif, mais il ressemble quand même beaucoup à une pathologie d’enfants perdus en quête perpétuelle de réassurance
    .
    Quant à Mgr Fellay sa position tactique est parfaitement cohérente avec sa stratégie.On peut la résumer ainsi: La FSSPX a tenu bon contre les vent et marées » modernistes » et aujourd’hui le Vatican reconnait cela et cherche à les réintégrer. Une telle posture lui permet de rassurer ses troupes et de justifier sa position en interne face à ses opposants: ce n’est pas la FSSPX qui a évolué et qui va à Canossa, c’est le Vatican qui revient vers la « véritable tradition » ayant pris conscience des errements et impasses ou l’a conduit vatican II. Heureusement que pendant ce temps les tenants de la » vraie tradition » ont tenu bon au prix même d’une apparence de schisme.Mais maintenant les choses vont rentrer dans l’ordre « de toujours » CQFD
    Je ne sais pas si le Vatican va tomber dans ce piège grossier, mais il est important d’être conscient de ce qui est en train de se jouer, car ceux qui ont foi dans la parole de Dieu au sein de l’Eglise catholique n’ont rien de commun avec la religiosité névrotique de la FSSPX.

  13. 10 juin 2012 at 8 h 13 min

    Réponse à HELENE, en forme de grand merci.
    La virulence des critiques du prêtre responsable du « district de France », formulées avec l’accord écrit du successeur de Mgr LEFEVBRE est parfaitement explicite. VATICAN II a affirmé (… réaffirmé ?) l’universalité de l’action rédemptrice et amoureuse du PERE, par LE FILS, et par notre « perméabilité » intime envers l’ESPRIT. Nos pauvres fondamentalistes chrétiens sont farouchement enfermés dans la négation des acquis fondamentaux de VATICAN II. Il me semble bien dangereux (… ou pauvrement récupérateur face à la crise grave actuelle que traverse ROME !) d’accepter le principe de la négation d’un concile. Ce serait le fondement même de l’unité profonde de notre Eglise, et de Sa Vocation Universelle qui seraient bafoués.
    La proclamation de foi de ce (… jeune ?) prêtre très (… trop !) tradi est identique, sur le fond, à celle que me fit un autre jeune du diocèse auquel j’appartiens. Du genre adjudant de quartier, mais intelligent, manipulateur, ambitieux et carrièriste, il sera très probablement coiffé d’une mitre si nous persévérons dans les dérappages actuels qui confondent Charité et faiblesse dans l’accueil de n’importe quoi. Affirmant avec force (… comme le fit St PAUL), la nécessité des charismes (…DONS de l’ESPRIT pour la construction de la communion écclésiale), il me rétorqua que lui seul en son « pôle missionnaire » en était l’évaluateur, ce qui revient à affirmer que le St ESPRIT ne saurait agir avec la Divine LIberté offerte à chaque conscience humaine par Son Créateur.
    Ces gens usurpent et instrumentalisent scandaleusement la Volonté Divine. Et ils ne perçoivent même pas à quel point leurs modes de penser et d’agir est blasphématoire. Ils identifient l’EGLISE (…. saint moyen certes) avec une idole. Ils confondent la finalité (… la sanctification de TOUS) avec l’outil sanctificateur, mais alors à effet très limité dans le temps et l’esoace.
    Le blasphème est pour les autres… Pauvres d’eux… Prions pour eux, en espérant qu’ils prieront également pour nous. Car nous en avons besoin…

    DANIEL-KOKA (=le CTAHO-GRATTEUR, via « GOOGLE »)

  14. Hélène T
    9 juin 2012 at 23 h 48 min

    @ Daniel Lecorche
    Oui, Daniel, il y eut bien une réaction de la FSSPX à propos de l’agression commise contre le rabbin Krygier en la cathédrale ND ; la voici, telle qu’elle figure sur LA PORTE LATINE, site officiel du district de France :
    Communiqué du District de France : Suresnes, le 21 mars 2010
    Honneur à ces jeunes catholiques
    Félicitons ces jeunes catholiques pour la foi et le courage qu’ils ont montrés en ce dimanche de la Passion.
    Grâce à eux, c’est le cardinal Vingt-Trois lui-même qui a été contraint de faire œuvre de justice en reléguant le rabbin à la sacristie.
    Mais est-il donc besoin de démontrer qu’un rabbin ne doit pas prêcher à la cathédrale de Paris ?
    Quel pape, quel archevêque de Paris ou d’ailleurs de tous les siècles passés peut-on citer pour justifier l’invitation qui a été faite à ce rabbin ?
    Que le Cardinal Vingt-Trois interroge tous les catholiques d’avant la réforme conciliaire; qu’il pose la question à n’importe quel enfant ayant appris son catéchisme; il n’en trouvera aucun pour lui donner raison. Unanimement, ils lui exprimeront leur réprobation indignée pour une telle invitation et ils applaudiront à la profession de foi de ces jeunes gens.
    La cathédrale de Paris n’est ni une synagogue, ni un temple maçonnique. Elle existe pour qu’y soit professée la divinité de Notre Seigneur Jésus-Christ et non pour qu’y soit donnée la parole à ses contempteurs.
    Elle est faite pour qu’y soient médités les mystères du rosaire et non pour que soient indignement rejetés sur le parvis ceux qui les prient.
    Abbé Régis de CACQUERAY, Supérieur du District de France

    http://www.laportelatine.org/district/france/bo/HonneurJeunes100321/RabbinND.php

    Après cela, s’il vous reste encore des illusions sur les dispositions de la FSSPX, vous pourrez toujours consulter sa page consacrée au « scandale d’Assise » :
    http://laportelatine.org/district/france/bo/cacqueray_assise110912/scandale_assise2011.php

  15. MF
    8 juin 2012 at 21 h 23 min

    « il faut lire entre les lignes pour comprendre » que le pape appelle au secours les prêtres de la FFSPX pour purifier le clergé de l’Eglise dont l’état est dramatique si je comprends Mgr Fellay ( 8 juin 2012)

    « En sorte que c’est l’attitude de l’Eglise officielle qui a changé, ce n’est pas nous. Ce n’est pas nous qui avons demandé un accord, c’est le pape qui veut nous reconnaître. On peut se poser la question du pourquoi de ce changement.
    Nous ne sommes toujours pas d’accord doctrinalement, et pourtant le pape veut nous reconnaître ! Pourquoi ? La réponse elle est là : il y a des problèmes terriblement importants dans l’Eglise aujourd’hui. Il faut traiter ces problèmes. Il faut laisser de côté les problèmes secondaires et s’occuper des problèmes majeurs. Voilà la réponse de l’un ou l’autre prélat romain qui ne le diront jamais ouvertement ; il faut lire entre les lignes pour comprendre. »‘…).

    Aujourd’hui on voit très clairement que les autorités romaines essaient de réhabiliter la vraie conception du prêtre. On le constatait déjà lors de l’Année sacerdotale qui a eu lieu en 2010-2011.
    Maintenant, la fête du Sacré-Cœur devient le jour consacré à la sanctification des prêtres.
    A cette occasion, une lettre a été publiée et un examen de conscience pour les prêtres a été rédigé.

    On croirait qu’on est allé chercher cet examen de conscience à Ecône, tellement il se situe dans la ligne de la spiritualité anté-conciliaire. Cet examen offre l’image traditionnelle du prêtre, et même de son rôle dans l’Eglise. C’est ce rôle que Mgr Lefebvre affirme quand il décrit la mission de la Fraternité : restaurer l’Eglise par la restauration du prêtre. »

    http://www.dici.org/actualites/entretien-avec-mgr-bernard-fellay-sur-letat-present-des-relations-de-la-fraternite-saint-pie-x-avec-rome/

  16. 27 avril 2012 at 18 h 31 min

    Petit complément à mon message d’hier…
    La perturbation semée dans la cathédrale ND de PARIS lors d’une récente conférence de carème, et en présence du Cardinal André fut bien réelle, même si on en peu parlé. Il existe des excités partout, chez nous y compris. Nous avons un devoir de pardon au nom de l’Amour, en espérant que ce témoignage sera alors fécond. Mais auriez-vous trace de regrets de la part de Mgr Fellay ? Sous quelle forme…?
    Vus de l’extérieur (… comme de l’intérieur !) de l’Eglise du CHRIST, j’y vois sur le fond la même contradiction qu’entre « proclamer Le MISERICORDIEUX » et exiger l’application de la Charia, à Tombouctou comme ailleurs. Où sont l’AMOUR et la MISERICORDE ? N’y aurait-il pas quelques similitudes entre les excités chrétiens et les talibans ? Les intégrismes, quelque soit leur religion n’auraient-ils quelques ressemblances? Je serais chrétiennement très appaisé de le lire ou d’entendre Mgr Fellay s’exprimer sur le sujet…
    DANIEL-KOKA (= le CATHO-GRATTEUR)

  17. beltran
    27 avril 2012 at 17 h 06 min

    Copie pour la CCBF du mail envoyé ce-jour au journal « la Vie »

    Bonjour,

    Afin d’illustrer l’article de Jean Mercier que je viens de lire dans le numéro de « la Vie » reçu hier…vous trouverez un article du site « La Dépêche du Midi » du 16/04/12. Cette réintégration promet du bon temps!

     » Ni partir, ni se taire » c’est vrai qu’il ne faut pas être « le frère » qui n’accepte pas le retour de « l’enfant prodigue »! et qu’il y a 491 prêtres et 215 séminaristes à la clé! mais pourquoi faire? il vaut mieux être seul que mal accompagné! Marie-Christine Beltran

    La Dépêche du Midi
    Vendredi 27 Avr – 16:49 – Sainte Zita
    Montauban. Le film qui déclenche la polémique
    À l’ancien collège hier

    Ils ont bravé les éléments pour faire part de leur mécontentement hier après-midi./Photo DDM, Manu Massip.

    Hier après-midi, la projection du film « La dernière tentation du Christ » de Martin Scorsese, inspiré d’un livre de Nikos Kazantzakis, a donné lieu à un mouvement protestataire et pacifique devant la salle de projection.

    La pluie mêlée de grêle n’a pas entaché une once de leur ferveur et de leur passion. Pas une seule seconde. au plus fort du déluge, ils se sont agenouillés, hommes, femmes et même enfants pour prier et louer le Seigneur. Comme messe en plein air, on pouvait aisément rêver d’un peu mieux ! Quelques minutes plus tôt campé en haut de l’escalier des marches conduisant entre autre à la salle de projection de l’ancien collège, Henri Guieysse président du ciné-club « Cinéma et spiritualité 82 » relevait en balayant d’un regard circulaire le petit groupe rassemblé quelques mètres en contrebas : « Je ne sais pas trop qui sont ces gens. Ils ne sont pas venus se présenter pour l’instant. Je ne sais pas ce qu’ils veulent ». À ses côtés, René Sormail, membre du service diocésain « Cultures et foi » relevait pour sa part : « Nous avons eu toutes les assurances pour la projection de ce film. Mgr Bernard Giroux, évêque de Montauban s’y est montré favorable de même que la municipalité de Montauban qui était compétente territorialement pour cela. Le public est là, il est bon qu’il se fasse une opinion par lui-même. »
    Avec la bénédiction de l’évêque

    Quelques instants avant que débute la projection, un texte signé de la main l’évêque de Montauban a été distribué aux spectateurs. Traitant naturellement du film de Martin Scorsese tourné en 1988 et qui, près d’un quart de siècle après sa sortie, provoque toujours des mouvements à visées contestatoires. Dans sa missive Mgr Giroux relevait qu’il existe « Un malentendu de taille à propos du sens de ce film ». Et d’expliquer notamment que le film de Martin Scorsese n’est « ni blasphématoire, ni christianophobe, car son but était de donner à voir aux spectateurs un Christ contemporain très différent de celui que l’on peut voir représenté sur un vitrail d’église. Il est impossible de comprendre l’œuvre de Scorsese sans tenir compte de son attachement à la culture catholique. Finalement le projet de Scorsese n’est pas si éloigné que cela du projet des évangiles même s’il passe par l’interprétation qu’en a fait Kazantzakis » et de conclure ainsi son message : « La projection de ce film dans un ciné-club permet de bien préciser la foi chrétienne : l’homme Jésus pouvait être tenté de son humanité (ce que rapportent les évangiles) mais il n’a jamais connu le péché. » De l’autre côté de l’autel, c’est le père Jean-Jacques Marziac de la Maison de saint- Joseph Le Treilhou sise à Caussade, 88 ans aux prunes, qui se fait le porte-parole du mouvement de contestation. Ne réfutant pas totalement l’appellation de « Lefebvriste », il préfère indiquer qu’il appartient à l’église catholique romaine. Et de lancer son combat de la foi sur le trottoir de l’avenue de l’Empereur « par une prière pour débuter et pour dénoncer la scandaleuse projection d’un film blasphématoire. » Une trentaine de personnes, dont un général en retraite, le suivent dans sa croisade qu’il argumente ainsi : « On ne peut pas perdre la foi comme un trousseau de clé, mais on peut la faire taire. » Hier, ce n’était pas le cas…
    Accords croisés

    En préambule à cette projection, les responsables du ciné-club « Cinéma et spiritualité 82 » avaient bien pris soin d’avertir les différentes autorités de l’événement avec les possibles remous qu’elle pourrait engendrer. Tant les services préfectoraux que municipaux avaient donné leur feu vert sans difficulté aucune. Du côté de l’évêché, il en fut de même et c’est fort de tous ces accords croisés que cette projection avait été confirmée.

  18. 26 avril 2012 at 19 h 22 min

    Ces querelles entre gens qui s’affirment d’Eglise, tous détenteurs de « La Vérité » mais qui « s’anathémisent » mutuellement, m’ont toujours fatigué. J’y perçois une sorte de blasphème à la grâce, toujours agissante en l’infini de l’Amour de DIEU et, symétriquement, une sorte d’aveuglement orgueilleux en nos finitudes. Mon regard vers l’environnement étant très volontairement ajusté, avec obstination, vers celui des incroyants qui nous environnent (… en nombre hélas croissant, ce qui condamne toutes les pastorales des proches décennies), quelques observations récentes méritent le partage : – Le récent livre de notre chère Christine (= la bataille du VATICAN) raconte toute une suite d’affrontements, certes magnifiques en l’expression de la prodigieuse diversité des créatures humaines, surtout quand elles sont de culture chrétienne, mais aussi des magouilles sordides soigneusement occultées « … faites ce qu’ils disent, mais pas ce qu’ils font… » – Nous en vivons encore les puanteurs incessantes de ces magouilles qui se prétendent chrétiennes mais usurpent le pouvoir divin et lui font obstacle. – Le film « Habemus Papam » reprend un thème que le prêtre Gérard Beissière avait développé au début des années 70. Comme lors de Vatican II, les tortures perfides subies par le pape y sont évoquées. – Ce prêtre, à l’écriture prophétique si contemporaine, vient d’oser une « excommunion de BENOIT XVI ». Voilà bien le genre d’excès symétrique à ceux des traditionalistes « purs et durs ». – J’en suis à me demander si la Curie Romaine n’est pas entrain de manipuler, voire d’assassiner notre BENOIT. Les tensions subies courageusement par ses quatre prédécesseurs ne sont plus de sont âge. – L’un en est mort, bien que plus jeune. – Il y a peu, entrant un soir avec mon épouse dans l’église de notre village où un concert d’orgue était programmé, j’ai l’impression de pénétrer dans un frigo, malgré l’efficacité du chauffage. Je ne reconnais aucun des visages de nos assemblées. Tous nous regardent d’un œil froid, distant et comme interrogateur. L’orgue étant assez médiocre, et malgré les beaux chants d’une petite chorale d’enfants dirigée par deux prêtres en soutane, nous fuyons cette assemblée à la faveur de l’entracte. Renseignements pris ensuite, il s’agissait d’un concert donné par une paroisse traditionaliste voisine à laquelle nous avions prêté notre bel orgue. J’ai applaudi ce geste fraternel. Bien que n’ayant rien à attendre en retour, mon « formatage chrétien » déplore l’accueil frigorifiant de cette assemblée. Elle ne sentait aucunement « … la bonne odeur du CHRIST » dont parle St PAUL. – Pareilles chicaneries font fuir l’immense majorité de nos contemporains. Ils mesurent l’absolue contradiction disqualifiante avec ce que leurs cœurs entendent « … DIEU est AMOUR ». – Je nous vois bien mal partis face aux exigences de la situation mondiale… ! – Mgr Charles MATHIEU, très proche collaborateur du Cardinal LEGER, prophétisait que la résurrection de l’Eglise se fera par une sorte de tsunami en provenance des petits devant le Seigneur, rejoignant la Sainte volonté de notre Pape, et contraignant toutes les instances intermédiaires à se convertir (… véritablement) ou à disparaitre. – Les seulement « sages et intelligents » sont nuisibles. JESUS les supporte de moins en moins. Place aux « petits devant le Seigneur ». Qu’ils cessent de se taire, sans fuir…
    DANIEL-KOKA (=le CATHO-GRATTEUR, via GOOGLE)

  19. Jean-Pierre
    24 avril 2012 at 13 h 45 min

    « Cher » FXavier, Fred, … un voeu: que vous trouviez un jour que la foi n’est pas affaire de volonté mais se trouve, peut-être, au bout d’un long chemin. Si me prêter des pensées vous fait du bien, pourquoi pas.

  20. Anne-Marie H.
    23 avril 2012 at 9 h 56 min

    Suite à la remarque de Desiderius Erasme.

    Sur le site du Comité de la Jupe, quand est apparue la carte de France de l’exclusion des femmes de la liturgie, certains ont protesté en accusant le Comité de la Jupe d’inviter à la dénonciation anonyme. C’était une accusation absurde, puisque les pratiques liturgiques en question sont parfaitement publiques. Il ne s’agit donc pas de dénoncer, mais de faire une synthèse accessible à tous à partir d’informations dont n’importe qui peut avoir des fragments. En revanche, sur l’anonymat, on voit ici que ce n’est pas nous, mais les adversaires de notre conception de l’Église qui en usent sans vergogne.

  21. 22 avril 2012 at 23 h 45 min

    Comme c’est étrange, je trouve sous la signature de F. Xavier mot pour mot l’argumentation signée par Fred sur mon blog: « Probablement que vous auriez bien aimé que le Pape leur dise « désolé mais je ne peux pas aller plus loin ou vous acceptez l’intégralité de Vatican II ou alors vous restez en dehors de la communion ecclésiale et tant pis … Dieu reconnaitra les siens ». En réalité c’est ainsi que l’Eglise a répondu à Luther résultat le schisme dure depuis 5 siècle (…). Benoit XVI sait comme tout chrétien que le présent lui appartient et pas le futur, alors confions le futur à la miséricorde de Dieu et rentrons dans l’espérance.  » Psittacisme ou dédoublement de la personnalité? C’est troublant cette manière de débattre. A moins que la défense de la réintégration des intégrismes justifie toutes les méthodes, ou n’accomplisse des miracles de copier coller. Sans doute faut-il attendre que notre vieil ami Sanchez reprenne lui aussi le même discours… En période électorale, cela ressemble à du bourrage d’urnes.
    Desideriusement vôtre
    Amitiés

  22. F.Xavier
    22 avril 2012 at 16 h 41 min

    Cher Jean Pierre

    Vous auriez probablement bien aimé que le Pape réponde aux lefebvristes « désolé mais je ne peux pas aller plus loin ou vous acceptez l’intégralité de Vatican II ou alors vous restez en dehors de la communion ecclésiale et tant pis … Dieu reconnaitra les siens » .Remarque que c’est ainsi que l’Eglise a répondu à Luther résultat le schisme dure depuis 5 siècle. Si l’Eglise avait eu le même audace que celui de BXVI et qu’elle avait fait la même proposition à Luther avant qu’il se radicalise je suis persuadé qu’on n’en serait pas là. Benoit XVI sait comme tout bon chrétien que le présent lui appartient et pas le futur, alors confions le futur à la miséricorde Divine et rentrons dans l’espérance avec lui. Et ne prenez pas votre langage de vérité pour la vérité, ça fait plus de 30 ans que Benoit XVI côtoie les évêques du monde entier qui lui rapporte les différents problèmes de l’Eglise universelle et qui partage tous l’avis que c’est un homme qui sait écouter .Actuellement il est difficile de trouver un homme qui possède une meilleure connaissance de l’Eglise que lui je pense donc comme vous qu’il n’est pas mal conseillé et qu’il sait exactement ce qu’il fait. Après on aime ou on n’aime pas.

    • Christine
      22 avril 2012 at 17 h 27 min

      @F.Xavier,
      Merci de nous adresser un message venu du doux monde des Bisounours. Nous apprécions tout particulièrement vos différents traits d’humour, en particulier: « les évêques du monde entier qui lui rapportent les différents problèmes de l’Eglise universelle et qui partagent tous l’avis que c’est un homme qui sait écouter. » Et vous renchérissez, et vous avez raison, la répétition et l’un des meilleurs ressorts comiques: « Actuellement il est difficile de trouver un homme qui possède une meilleure connaissance de l’Eglise que lui »
      Mais, en effet, pourquoi ne pas brader le Concile sur des sujets sans importance comme l’oecuménisme ou la liberté religieuse… Tout cela n’a guère d’importance. Il est plus urgent de taper sur les religieuses américaines qui croient utile de défendre les pauvres et la justice sociale… Choisissons nos combats!
      Mais quand nous serons devant le Seigneur, il ne nous parlera ni de latin ni de dentelles, il nous demandera à qui nous avons donné ou refusé un verre d’eau. ça, je vous l’avoue, parfois, ça m’inquiète un peu.

  23. Françoise B-R
    22 avril 2012 at 12 h 22 min

    J’ai été un peu groggy par le début de cette semaine passée:dimanche dernier dans un documentaire «au coeur de Notre Dame de Paris»où l’on voit les Chevaliers du Saint Sépulcre présenter à l’«adoration » du public (je crois une fois par mois)la couronne d’épine du Christ et un morceau de la fausse Croix.
    et cette probable signature….
    Heureusement,il y a eu Joseph Moingt,vendredi,dans «être chétien dans la modernité d’aujourd’hui»qui nous redit l’audace de penser par soi-même–lire l’Écriture avec un esprit critique-discuter entre chrétiens..penser ce que l’on croit avec l’intelligence d’aujourd’hui.
    « Notre Église vivra que dans un grand élan de liberté tout cela en communion.»
    et ce dimanche:cet article«Vérité que de crimes en ton nom.»Merci à Anne et Christine et à la CCBF.

  24. Jean-Philippe
    22 avril 2012 at 10 h 06 min

    Ah si le pape savait! Malheureusement, il est mal conseillé. Il me semble avoir souvent entendu cette rhétorique. Personnellement, je n’adhère pas. Si le pape ne se rend pas compte de la portée de ses décisions, qu’il démissionne! Au nom de quoi est-il toujours évêque de Rome à son âge? Ses pairs démissionnent à 75 ans. Pourquoi faudrait-il en faire un évêque au dessus des autres? Il me semble que le lointain prédecesseur dont il se réclame a été réprimandé par St Paul. Quand les évêques auront-ils le courage de ressembler à St Paul et ainsi lui tenir un langage de vérité?

  25. Jean-Pierre
    21 avril 2012 at 20 h 17 min

    @Gershom, voilà presque 20 siècles qu’il est + que grand temps, quand on examine l’histoire de l’institution selon les historiens non inféodés. Voilà 4 ans que H Boulad écrivit à B16 qu’il était moins 5 …
    Alors, aussi crument qu’amicalement, assez de bavardages! Qu’ont fait les agitateurs à Notre-Dame (et ailleurs) pour faire s’aplatir A23 afin que seuls de « bons catholiques » (selon eux) y aient droit de parole? Qu’est-ce qu’il fera, A23 s’il se laisse détrousser des clés de ND comme cela arriva au curé de St Jean du Chardonnet, …? Mais enfin, vous voulez que le nombre de contributeurs au denier du culte chute encore plus vite ou quoi, vous voulez accroître l’indifférence à l’institution si cela est encore possible, la faire classer encore plus à droite par ceux que l’institution intéresse encore!!! … pour combien de temps d’ailleurs?
    Sur un point je partage votre point de vue, l’éthique fondée sur l’évangile. Et il est vrai qu’il y a eu dans l’histoire de l’institution de bien plus graves erreurs contre l’évangile que celle-ci. En restant dans l’actualité: le pardon aux clercs coupables avec culpabilisation des victimes, la mère et l’équipe d’avorteurs du Brésil et le pauvre père violeur de sa fille, les accointances louches aux + hauts niveaux avec les fascismes en Europe (Italie, Allemagne) puis en Amérique latine et la condamnation à la face au monde de ceux qui, dans le clergé de ce dernier continent portaient haut et fort l’évangéle et la croix (sans processions ni ostentations!), …
    Si, en terme d’évangile, cette « reconnaissance » importe peu, sa résonance fait a et va faire un carton, du même genre que HV en son temps.

  26. Jean-Pierre
    21 avril 2012 at 19 h 23 min

    @christine: ni étonné, ni choqué. Simplement, comme dit Alain, dans la nature de l’institution. Quant à distinguer la personne ou la fonction de la décision, franchement, je m’en moque. On n’est, comme lui, que de pauvre humains, tels que Dieu nous a fait: passions, médiocrités, haines, hautes aspirations, … On ne peut que masquer cela par du langage châtié, ou pire mielleux. Les excès de langage « virils » ou directs, n’empêchent ni la compréhension ni la compassion, mais stp, laisse-nous nous exprimer selon notre nature propre. Pour moi, dentelle, encens, latin or not latin… ce n’est pas un pb, par contre que l’institution passe son temps à nous raconter des histoires, à nous prendre pour des imbéciles, m’est insupportable. Fraternellement, à toi sœur Christine.

  27. gershom leibowicz
    21 avril 2012 at 17 h 37 min

    à Alain C: J’ajouterai aux arguments de Christine avec lesquels je suis d’accord,le fait qu’il est toujours risqué d’attribuer à une personne seule ,fut elle influente et placée à la tête de l’Eglise, ce qui relève en grande partie d’un fonctionnement systémique et structurel. Jean XXIII disait en forme de boutade mais à juste titre,lorsque l’on s’ étonnait d’une décision du vatican: « oh vous savez, ici je ne suis que le Pape » .

    S’agissant d’une institution aussi ancienne que l’Eglise catholique, ,je crois que l’influence du poids de la structure et de son fonctionnement est plus important que celui des personnes fussent elles le Pape. Loin de moi l’idée de vouloir déresponsabiliser Benoit XVI qui a effectivement la volonté de réintégrer la FSSPX, mais je crois que les modalités de cette réintégration et le déroulement détaillé des négociations lui échappent en grande partie.

    De plus si nous essayons de faire entendre la voix des baptisés, au sein de l’Eglise c’est sur le plan des convictions et de la manière dont nous recevons et accueillons la Parole et de leurs conséquences concrètes sur la vie des personnes qu’il faut se battre, en critiquant au sens positif du terme des actes et non en jugeant des personnes dont nous ne connaissons, ni la foi, ni la marge de manoeuvre dont ils disposent.
    Ce sera non seulement plus conforme à notre éthique fondée sur les valeurs de l’Evangile, mais cela sera surtout plus efficace en privant notamment nos adversaires de la possibilité de nous reprocher les attaques ad hominem pour nous discréditer. Ainsi, n’est il pas grand temps de revendiquer que les catholiques puissent connaitre la manière dont s’élaborent et se prennent les décisions du magistère? N’est ce pas un une exigence de la fraternité que de demander au serviteur des serviteurs (le pape) et aux serviteurs(les évêques et les prêtres) de Dieu, de nous aider à comprendre concrètement comment et pourquoi se fondent et se justifient leurs décisions? le projet d’accord avec la FSSPX et sa procédure d’élaboration pourraient utilement constituer un premier pas en cette direction.

  28. Alain C.
    21 avril 2012 at 15 h 12 min

    Merci Zoé pour cette mise en parallèle. Et que certains commentateurs patentés ne nous disent pas que Ratzinger cherche à tout prix l’unité, qu’il veut essuyer l’affront que lui infligea Lefevbre en 1988,qu’il a choisi la realpolitik, qu’il s’approche du moment où il devra rendre compte de sa charge à Dieu et autres balivernes consternantes.
    Non, c’est la vraie nature de Joseph qui, une fois de plus, s’exprime, préférant la dentelle, le latin, l’encens de la belle liturgie et la sainte obéissance au Magistère (qui ne se trompe jamais) Il sait pourtant sciemment que derrière les défenseurs de « l’Eglise de toujours !!! » et de la « sainte tradition » se cache des idéologies de haine, de rejets de l’autre, d’excommunications à la pelle et d’une compréhension intenable de la « tradition. Et certains mitrés voudraient nous reservir le coup du fils prodigue, oui, celui qui demandera pardon. Décidemment le calamiteux et réactionnaire pontificat de Ratzinger (à quand la retraite ?) aura fait beaucoup souffrir toujours la même frange de l’Eglise

    • Christine
      21 avril 2012 at 15 h 54 min

      @Alain C.
      Dieu seul sait ce qui est dans le coeur et l’âme de Joseph Ratzinger, et il ne nous appartient pas de juger l’homme. En revanche, nous pouvons juger l’exercice de la fonction parce que cet exercice se fait avec nous, et pour nous. Le pape n’est pas là pour Dieu mais pour le service du peuple de Dieu, serviteur des serviteurs. L’homme en son âme et conscience juge et agit, qu’il soit pape ou modeste baptisé. Quand il est pape, il a de surcroît une immense responsabilité. Mais comme vous , je suis étonnée du choix que fait Benoît XVI des brebis qu’il veut ramener. Car en ramenant ces brebis là il en laisse des multitudes à l’abandon. Or, ces multitudes là aussi sont de sa responsabilité.
      Pour terminer avec un peu d’humour, le berger veut ramener d’abord les brebis qui mordent la main qui les ramène, on pourrait penser que c’est une forme de courage.

  29. MF
    21 avril 2012 at 10 h 26 min

    J’avais suivi la conférence sur KTO, je trouvais bien lamentable qu’une poignée de personnes gagnent, en fait :difficile de se faire une idée n’étant pas sur place mais j’avais cru comprendre que les agitateurs avaient été évacués et j’espérais que l’assemblée présente réclame le retour du rabbin Krieger dans le choeur .

    Mais il était sans doute bien difficile pour le cardinal ( au crédit duquel on doit apporter cette invitation) d’affronter le chahut que les provocateurs souhaitaient sans doute généraliser .
    Il est responsable de la sécurité de tous et on sait combien dégénère vite ce genre de situation. Il s’est comporté en sage pompier, difficile de lui reprocher.

    Cela dit renouvellera-t-il ce genre d’invitation à N.Dame ? Si non alors oui peut être auront-ils gagné deux fois.

  30. zoe
    21 avril 2012 at 10 h 09 min

    Utiliser la Parabole du fils Prodigue pour célébrer les retrouvailles avec les lefebristes est incompréhensible pour moi.
    Dans la Parabole ce n’est pas le père qui passe des années à préparer le retour du fils…
    En parallèle, puisque le second fils ne comprend rien à l’amour du père il serait peut être intéressant que celui qui se prend pour le père explique à ses enfants les décisions prises dans les dernières semaines…

    Une semaine de matinal de la vie :
    - Controverse en Italie autour d’Enzo Bianchi
    - Les nonnes américaines priées de rentrer dans le rang
    - Un prêtre irlandais rebelle se fait taper sur les doigts
    Et encore relever ailleurs
    -Le prêtre mariste et théologien Seán Fagan a été informé par Rome que si un mot de leur dernière action contre lui atteignait les médias, il serait dépouillé de son sacerdoce.
    - Andres Torrés Queiruga : la condamnation d’un grand théologien

  31. Cardabelle
    21 avril 2012 at 9 h 19 min

    Voilà le lien qui vous mènera vers le site où vous pourrez « lire, voir, et entendre » le Rabbin Krygier.
    http://www.paris.catholique.fr/843-Conference-de-Careme-a-Notre,8431.html

  32. Hélène T
    21 avril 2012 at 0 h 07 min

    @ Cardabelle (et tous les autres !)

    J’ai été témoin de l’agression dont le rabbin Krygier a fait l’objet en la cathédrale Notre-Dame le dimanche 21 mars 2010. La 5e conférence de Carême, dont le thème était : « Vatican II, une boussole pour notre temps », lui avait été confiée. Belle initiative, mais traitée à la légère. Car rien n’avait été pensé pour lui éviter cet affront, prévisible pourtant, tant le climat qui prévalait les dimanches précédents, lors des questions de l’assistance, était délétère.
    Le rabbin Krygier n’a donc pas pu donner sa conférence depuis le chœur de la cathédrale. Il a dû être « mis à l’abri» dans une sacristie, et c’est dans cette position humiliante qu’il a néanmoins accepté de prendre la parole.
    Mgr VT a introduit son propos avec la désinvolture qu’on lui connaît trop, ton bonhomme, presque amusé, un petit chahut tellement insignifiant, n’est-ce pas, des enfantillages, quelques jeunes gens un peu énervés, on ne va pas en faire un drame…
    De fait, par la suite, je n’ai pas entendu un seul media en souffler mot… J’ignorais l’existence de cette video : quel témoignage à charge contre ceux qui en sont les auteurs !
    Submergée d’indignation, j’avais alors envoyé au rabbin Krygiel un mail dont voici quelques extraits, l’actualité me faisant en quelque sorte nécessité d’en renouveler l’expression. Suit la réponse du rabbin Krygier.

    Le 21 mars 2010, Monsieur le Rabbin,
    Lorsque des vociférations se sont fait entendre, lorsque des individus se sont rués vers le chœur de la cathédrale, j’ai d’abord pensé que les cris qui s’élevaient : « scandale ! scandale ! » visaient une malheureuse actualité de l’Eglise…
    Il m’a fallu attendre vos premiers mots pour que j’admette que ces misérables manifestations se déroulaient contre votre présence.
    Sachez bien, Monsieur le Rabbin, que vous avez honoré l’ensemble de l’Eglise catholique en nous faisant l’amitié de participer à nos conférences de Carême.
    Sachez aussi, et je ne dis pas cela pour minorer l’affront qui vous a été fait, mais simplement pour en établir le contexte, que depuis le début de cette série de conférences, un groupe bien structuré, aux attaches évidentes, et qui professe la haine du concile Vatican II, se manifeste dimanche après dimanche, notamment par des questions d’une violence et d’une grossièreté insupportables…
    Hélas, quelques déclarations du magistère, dans un passé récent, ont laissé croire à ces individus qu’ils avaient désormais force de loi dans l’Eglise : nous en voyons les conséquences consternantes.
    Je disais plus haut ma colère et ma honte. Plus de colère que de honte, cependant. L’on a honte si les nôtres se conduisent mal. Or, pas plus que la quasi totalité des catholiques, je ne me reconnais en rien dans la personne de ces insulteurs, dont la bêtise le dispute à l’odieux.
    Honte pourtant, car notre hôte a été offensé dans notre maison, par défaut de vigilance de notre part …
    Continuez, je vous en prie, Monsieur le Rabbin, à partager avec nous l’intelligence de la foi. Nous avons tous un tel besoin d’intelligence !…
    Très fraternellement,

    Le 22 mars 2010, réponse du rabbin Krygiel :
    J’ai été très ému par vos paroles et le soutien profond que vous avez bien voulu m’accorder. C’est un réconfort et un signe d’espérance que de savoir que des personnes comme vous désirent aller de l’avant dans la fraternité des peuples et des religions. Je vous joins le texte de mon intervention.
    Cordial et fraternel chalom, Rivon Krygier

    Cette conférence, intitulée « Enracinement et ouverture », prenait appui sur « Nostra Aetate ». Remarquable réflexion, auquel notre aujourd’hui confère encore plus de relief, et que je voudrais partager : il faut entendre cette voix que l’on a voulu étouffer. Malheureusement, je ne peux donner aucun lien, mais je tiens le texte à la disposition de la CCBF. (Le rabbin Rivon Krygier appartient à la communauté Massorti http://www.adathshalom.org/).

  33. Cardabelle
    20 avril 2012 at 12 h 32 min

    gershom, j’aime beaucoup votre réflexion, et en particulier la figure de Jonas appliquée à la situation actuelle de l’Eglise.
    Vous dites « Comme dans l’histoire de Jonas, nous l’Eglise, avons le choix entre le retour rassurant mais régressif dans le sein matriciel du monstre tapis sous les eaux ou le risque fécond du débarquement à Ninive ou Dieu nous envoie et ou le monde est en attente ».
    Du coup, j’ai relu ce passage de la Bible et c’est vrai que cette tentation du repli est aussi présente en chacun de nous, du moins elle est en moi quand j’en ai un peu « marre » de batailler et que j’ai envie de baisser les bras, non pas pour retourner au chaud dans une Eglise qui se ferme, mais pour « laisser aller », voire partir sur la pointe des pieds.
    Mais non, il faut aller à Ninive ! :-)

  34. Cardabelle
    20 avril 2012 at 12 h 26 min

    @ Desiderius Erasme (et tous les autres !)
    Desiderius, vous écrivez ceci sur votre blog :
    « Geneviève Commeau, théologienne, enseignante au Centre Sèvres et membre du Conseil des évêques de France pour les relations interreligieuses rapporte que des membres de la Fraternité Saint-Pie X ont perturbé bruyamment une rencontre interreligieuse dans la Paroisse Saint-Léon, le 27 mars dernier, en déclarant qu’il était « inutile d’entendre ce qu’un rabbin ou un musulman va dire ». Cet incident n’est pas unique. »

    Non, il n’est pas unique, hélas !, et l’un de ces incidents a même été filmé par ceux qui en étaient à l’origine. Voir le lien ci-après :
    http://www.youtube.com/watch?v=jGM39hEIp9U
    J’en avais entendu parler à l’époque sur les sites intégristes et cela m’avait mise dans une rage folle. Traiter de cette façon un rabbin !

    C’est toutefois ce qui risque de se répandre si nous n’y prenons pas garde, en cas de réintégration des lefebvristes dans l’Eglise. Et il y aura bien un moment où il faudra élever la voix !

  35. gershom leibowicz
    20 avril 2012 at 12 h 03 min

    à Andrée V: Il me semble qu’on ne peut pas se prévaloir d’une relation entre personnes , donc qui relève aussi de l’affectif , telle que nous la relate l’évangile du fils prodigue, pour qualifier la tentative d’accord entre le vatican et la FSSPX.Il s’agit en l’occurrence de realpolitik de part et d’autre, d’une négociation , confrontation , dans le cadre d’un rapport de force ou chacun évalue en conscience le prix à payer pour obtenir le résultat qu’il souhaite.Cela ne me parait d’ailleurs pas illégitime.Recouvrir tout cela du manteau des retrouvailles familiales en le justifiant par l’évangile du fils prodigue ,relève de l’idéologie et du déni de réalité, la vie de l’eglise ne relève pas du conte de fées..Reconstruire la communion, suppose déjà que cela soit l’ objectif commun aux deux parties(pour ma part j’en doute ) et cela ne pourra se construire que sur la réalité partagée(que signifie pour nous tous vivre sa foi en Eglise). Si ces éléments ne sont pas réunis et ils ne le sont pas aujourd’hui,,on restera dans l’incantation , hors de toute réalité. Qui cela peut il satisfaire chez les croyants honnêtes des deux côtés?

  36. MF
    20 avril 2012 at 10 h 53 min

    Andrée, personnellement,si l’Eglise est ma famille, je ne considère pas pour autant le pape comme étant mon père ni le padre abbé Grosjean comme étant mon père (Notre Père me suffit) mais comme des frères en Jésus-Christ, baptisés comme moi, l’un curé de paroisse,l’autre pape, moi mère de famille, point.

    Je trouve son choix du fils prodigue qu’il justifie en disant de manière péremptoire « Il est pourtant – et sans nul doute – le plus éclairant pour comprendre ce qui vient de se passer : après tout, l’Evangile reste l’Evangile ! » très discutable .

    Pour ma part, s’il est vraiment de bon gout(ce dont je doute fort) de justifier la diplomatie vaticane par l’Evangile, je prendrais plutôt la parabole de « l’ami » vers lequel accourt le Maître inquiet de le voir sans l’habit de noces, ami qui « se tait » parce qu’il n’estime n’avoir aucun compte à rendre au Maître, il est entré s’est installé mais n’estime n’avoir rien de commun avec les invités au point d’ignorer avec superbe la démarche du Maître et refuser un dialogue de fond .

    Je crois que l’abbé Grosjean se fait beaucoup d’illusions.

  37. Andrée V.
    20 avril 2012 at 8 h 53 min

    Un autre point de vue ici : http://www.padreblog.fr/benoit-xvi-pere-de-famille.

    Vraiment, j’aime cette figure de père…

  38. claudine onfray
    20 avril 2012 at 8 h 06 min

    juste un mot
    il est évident que la Bataille du Vatican est là aujourd’hui
    sauf que l’on a arraché le micro aux descendants de Mgr Liénart
    on brûle les bulletins de vote….pour empêcher toute réaction…
    on censure les synodes ….ou on en fait un compte rendu de banalités …
    on pense gagner en faisant entrer des troupes de choc …
    hélas pour l’Evangile et l’annonce ….le monde s’en moquera à juste titre…
    le monde est adulte et des hommes et des femmes font des merveilles chaque jour pour apporter un peu de bonheur
    l’Eglise n’a pas son but en elle-même….elle est pour être le Corps du Christ dans le monde…..
    le christ a -t-il revêtu les signes de pouvoir de l’époque..????
    si certains aiment cela décorum et vieilles dentelles et pouvoir…cela n’est pas très grave
    ce qui est plus grave c’est l’intolérance qu’ils apportent
    mais soyons en PAIX toutes et tous :
    c’est à l’amour que nous serons jugés
    c’est à notre capacité de dire à temps et contre temps que le Christ s’est fait serviteur
    et qu’il a aimé ce monde jusqu’à en mourir
    il n’a jamais emêché quiconque de dire !
    MERCI à Christine et à Anne de nous aider à vivre

  39. gershom leibowicz
    19 avril 2012 at 20 h 14 min

    Le syndrome de Jonas: Au delà des modalités d’un accord sur la base d’un texte dont nous ne savons rien, les intentions dont procède le fait même de vouloir un accord posent à mon avis la question suivante :

    S’agit il de donner la prééminence à une forme d’église dont il s’agit de sauvegarder l’unité fut elle de façade, à tous prix ,ou s’agit il de donner la priorité au message de l’Evangile en créant les conditions de son annonce par un dialogue constructif avec le monde?
    Dans le premier cas cela revient quand même à considérer la forme (figée à un moment de l’histoire)de la structure comme une fin en soi et à considérer le message et son annonce comme lui étant subordonné et dépendant
    Dans le second et c’est l’esprit de Vatican II , la prééminence est donnée à la teneur du message et à notre responsabilité de l’annoncer au monde tel qu’il est. Notre foi en Jésus christ n’implique t’ elle pas que l’Evangile ouvre toujours un chemin d’avenir et d’espérance pour toute personne, dans la complexité , la diversité,les succès, les échecs et les débâcles de sa vie, de nos vies ?
    Comme dans l’histoire de Jonas, nous l’Eglise, avons le choix entre le retour rassurant mais régressif dans le sein matriciel du monstre tapis sous les eaux ou le risque fécond du débarquement à Ninive ou Dieu nous envoie et ou le monde est en attente.

    La tentation du repli sur soi est toujours présente dans l’église catholique comme chez chacun d’entre nous dans les périodes de doute, mais le Deutéronome (30,15-20) ne nous convoque t il pas à « choisir la vie » Ce projet d’accord est il véritablement un signe du choix pour la confiance et pour la vie? je crains de deviner la réponse.

  40. christine marie
    19 avril 2012 at 19 h 12 min

    Et si c’était la voisine qui habitée par l’Esprit Saint, venait nous rappeler l’essentiel, venait nous ouvrir à la conversion. Sommes nous vraiment des convertis ? Sommes-nous passés de la mort à la vie?
    Nous avons besoin de nous tourner vers DIEU sans juger l’autre pour reconnaitre notre brouille, alors nous découvrirons le PARDON DU PÈRE qui nous libérera et nous ouvrira à l’autre. Alors il pourra y avoir réconciliation. Le publicain sort justifié.

  41. Anne-Marie H.
    19 avril 2012 at 17 h 31 min

    Dans le cas où la CCBF proposerait une action montrant notre désaccord avec cette réintégration, je crois qu’il faut être attentif à ne pas donner l’impression que nous sommes « intolérants » et que les intégristes sont « persécutés ». Le problème n’est pas tant d’admetttre dans la communion des chrétiens qui n’ont pas la même théologie que nous. Ce qui serait choquant, le cas échéant, serait de donner des droits particuliers à un groupe particulier, du seul fait que eux (pas nous) refusent les règles de la vie communautaire avec nous. Pire: il y a lieu de craindre que, refusant de se soumettre aux règles communes, ils obtiennent celui de nous imposer les leurs.

  42. YG
    19 avril 2012 at 11 h 36 min

    Merci pour votre commentaire ; Vous êtes , il me semble , lucide . ne pouvez vous proposer une action à mener pour manifester notre désaccord de cette « réintégration » ?

  43. MF
    19 avril 2012 at 10 h 54 min

    Oui Philippe et que ce soit L’Institut du Bon Pasteur, La Fraternité St.Pierre ou la FSSPX , même discours, même combat:leurs discours sont sans ambiguïté,ils le disent et le redisent dans leurs sites, leurs blogs, leurs sermons, en le noyant bien sûr de références pieuses,respectables et sincères : mais l’objectif à long terme est clamé :en gagnant la restauration de la liturgie, gagner la restauration de « la vraie doctrine » pervertie par Vatican II et tous les apostats partisans de Vatican II.
    Croire qu’ils changeront,à mes yeux,c’est être aussi aveugle que Georges Bonnet le 6 décembre 1938.

  44. Philippe GEORGE
    19 avril 2012 at 9 h 53 min

    Je voudrais juste ajouter un élément à ce débat.
    Dans le documentaire « La bataille perdue du Vatican » j’ai bien entendu l’abbé Laguerie, membre éminent de l’institut du Bon Pasteur et donc déjà réintégré dans l’Eglise, dire très clairement « mai 68 c’est fini, Vatican II c’est fini ». Nos craintes ne sont donc pas imaginaires.

  45. MF
    19 avril 2012 at 8 h 45 min

    S’il y a un accord il sera bien « un accord pratique » comme le qualifie l’abbé Laguérie, quelque chose qui permmettrait à la FSSPX d’être réintégrée sans rien lâcher sur le fond .
    Un texte d’accord aux formules tarabiscotées au flou diplomaticoartistique qui permettrait à Rome de ne pas laisser filer un bon filon et à Ecône de progresser dans son oeuvre de « restauration de la vraie doctrine » sous couvert de liturgie, comme le fait l’abbé Laguérie.

    http://www.dici.org/actualites/communique-de-la-maison-generalice-de-la-fraternite-saint-pie-x-18-avril-2012/

  46. Olivier
    19 avril 2012 at 7 h 55 min

    la CCBF pourrait nous proposer un mode d’action similaire à « agir ici » : 3 cartes postales prérédigésee demandant notamment la publicité des débats et des écrits, et nos points de désaccords. Une carte pour le nonce, une pour notre evêque, une pour notre curé / ou conseil paroissial et une carte pour la CCBF pour nous compter.
    qu’en pensez vous ?
    Olivier

  47. Cardabelle
    19 avril 2012 at 0 h 23 min

    @ Desiderius Erasme
    J’ai lu votre texte en entier et j’en ai beaucoup apprécié la clarté.
    J’ai pour ma part retenu particulièrement ce passage :
    « comment prétendre que l’on met heureusement fin à un scandale en réintégrant les lefebvristes, alors que l’on tolère parfaitement que nous soyons séparés de nos frères orthodoxes et protestants, alors que sur bien des points la fraternité est plus grande avec eux qu’avec les futurs ex-schismatiques ? Le scandale n’est-il pas dans cette manière différente de sentir les urgences de l’unité ?  »
    La raison en est que c’est une question qui me taraude d’autant plus que, personnellement, bien que catholique, je vais régulièrement me « nourrir » auprès de nos frères protestants et orthodoxes. Je fais d’ailleurs de même auprès de nos « frères aînés » du judaïsme, mais c’est encore un autre sujet !

  48. Cardabelle
    19 avril 2012 at 0 h 09 min

    Étienne, vous dîtes « Ma voisine ne croit pas que le Christ est fils de Dieu, et pourtant elle déploie une très grande générosité auprès des plus petits, des plus faibles. Est-ce que ça en fait pour autant une chrétienne ? « . J’avoue que je n’ai pas de réponse.
    En revanche, je vais être gentiment provocatrice : ne pensez-vous pas que c’est votre job de chrétien d’annoncer la bonne nouvelle du Dieu fait homme à votre voisine ?
    J’ai l’impression que nous cherchons parfois désespérément à reconstituer les communautés chrétiennes d’antan – à tort : nous ne sommes plus dans le même monde.
    Ce qui n’empêche pas que nous faisons quand même « communauté » : dans nos familles (un peu, beaucoup, selon les cas), dans nos paroisses, nos groupes de partage, d’aide, de prière, etc. Sans oublier le CCBF, bien sûr, même si on n’en partage pas toutes les idées. :-)

  49. Etienne
    18 avril 2012 at 23 h 15 min

    En réponse à Cardabelle,

    Merci pour votre réponse. J’aurais probablement pensé comme vous auparavant. Mais il ne faut pas se voiler la face. Ma voisine ne croit pas que le Christ est fils de Dieu, et pourtant elle déploie une très grande générosité auprès des plus petits, des plus faibles. Est-ce que ça en fait pour autant une chrétienne ? A force de s’émerveiller du moindre geste naturellement bon, on croit que la foi est sauvée. Ce qui n’empêche pas nos communautés chrétiennes de disparaître peu à peu dans le silence. J’ai des réticences naturelles envers ces jeunes intégristes, mais ces derniers temps, je dois dire en toute honnêteté qu’ils apportent un enseignement. Cet ami évêque m’a interrogé : Le renouveau de l’Eglise ne se fera-t-il pas autrement que nous l’avons imaginé ? Le Christ ne nous surprend-t-il pas à chaque époque ?

  50. gershom leibowicz
    18 avril 2012 at 22 h 51 min

    à Cardabelle et à Etienne. Ce n’est pas parce que nos enfants ne vont plus à l’église que nous ne leur avons pas transmis les valeurs de l’Evangile et qu’ils n’en vivraient pas. Quelquefois à la messe le dimanche, il m’arrive de ne pas regretter que mes enfants ne soient pas là tellement le décalage entre le rite et la vie est considérable . Peut être n’avons nous pas transmis une forme de culture, sans doute inaudible aujourd’hui, mais au vu de ce que vivent mes enfants ,je crois que l’essentiel de ce qui nous fait vivre et qui est fondé sur l’Evangile, non seulement a été transmis, mais ils l’ont assimilé et se le sont réapproprié. Oui ils le vivent sous des formes différentes et originales , cet idéal évangélique, mais il le vivent et ils en vivent; n’est ce pas l’essentiel?

    En ce qui concerne l’accord FSSPX/Vatican je n’arrive pas à éliminer l’hypothèse qu’il s’agirait d’une manoeuvre visant à faire endosser in fine la responsabilité de l’échec au Vatican au cours de la suite de la procédure, après examen approfondi du préambule doctrinal par la congrégation pour la doctrine de la foi et le pape. Cela permettrait à Mgr fellay de se refaire une légitimité , de recréer l’unité au sein de la FSSPX, sans rien céder sur le fond, au dépens du Vatican.Ce n’est qu’une hypothèse ,ne connaissant pas le contenu des textes en question.

  51. AD
    18 avril 2012 at 22 h 45 min

    Comment penser que Benoît XVI ait espéré de se servir de son pontificat pour autre chose que le retour des intégristes? N’est-ce pas lui qui a réimposé la liturgie pré-Concile au Vatican? Il n’a passé son temps qu’à aider ce retour et à mettre en poste des hommes de pouvoir de cette lignée dans tous les coins. Le réalisme du jour n’est pas une surprise, voilà pourquoi quelques allemands et autrichiens ont largement eu raison de sortir le drapeau danger. ils n’ont pas été suivi par les français, tant pis pour les français, ce sont eux qui en pâtiront le plus.

  52. Tuxedosam
    18 avril 2012 at 22 h 09 min

    Je suis un peu déprimé par ce texte. Il me semblait qu’une réconciliation et une volonté d’unité était louable, et je ne lis ici que suspicion et division. Mais bon sang, on peut être différents et dans la même Eglise. Pourquoi n’acceptez-vous pas la différence ?

  53. de Chatillon Michel
    18 avril 2012 at 21 h 50 min

    Comme signe de « bonne volonté », les Lefebvristes vont-ils nous rendre l’église de Saint Nicolas à Paris?. Monsieur le Cardinal devrait d’ailleurs l’exiger en tant qu’Archevêque de Paris! Michel de Chatillon.

  54. MF
    18 avril 2012 at 21 h 48 min

    « Vu à l’échelle quantitative, c’est un non-évènement. » positivons car ce n’est après tout qu’une suite logique ,il y a déjà l’Institut du Bon Pasteur qui n’est pas plus rassurant quand l’abbé Philippe Laguérie écrit:

    « Est-ce à dire que je suis contre tout accord ? Non, au contraire ! Si un accord doctrinal ne sera possible que dans 20 ou 30 ans, ce n’est pas une raison pour y renoncer. Il est même urgent de se retrouver dans la communion liturgique et sacramentelle de l’Eglise de toujours pour que, faisant pareil on finisse par penser pareil. Le vieil adage  » Lex orandi, lex credendi  » trouve ici tout son sens pastoral. Prions de la même manière et nous finirons par penser de la même manière… C’est inéluctable. Ce qui a divisé l’Eglise (même avant le concile et la nouvelle messe) c’est la liturgie. Ce qui lui rendra l’unité, c’est la liturgie. Tout curé et pasteur d’âme sait cela d’emblée : ce qui unifie son troupeau, c’est l’unicité de sa messe. ll est indispensable et urgent que Rome libéralise la messe. Ce serait le petit début d‘une grande retrouvaille ; tandis que des discussions doctrinales, aujourd`hui, mèneraient au constat d’un échec définitif.

    http://blog.institutdubonpasteur.org/spip.php?article192

  55. 18 avril 2012 at 21 h 08 min

    Je ne pense pas que le pape se fasse rouler dans la farine. Je pense que c’est un choix politique de sa part tout à fait conscient. Il n’a certes rien d’un fanatique, mais il reste l’apparachik en chef d’un système théocratique aux abois. Et la logique d’un tel système est forcément autoritaire. Elle l’a toujours été. Vatican 2 est un peu l’exception démocratique qui confirme la règle. Il faut ouvrir les yeux et cesser de s’aveugler. Toutes ces décisions vont toujours dans le même sens, celui de la droite dure, conservatrice et puritaine. Toute sa communication aussi. C’est un homme doux qui cache un grand idéologue derrière le grand intellectuel. C’est le défenseur de l’absolu de Dieu, et en conséquence de l’absolutisme ecclésial. Il est assez proche d’un Pie XII qui déjà en son temps avait réhabilité l’Action Française, un peu pour les mêmes raisons, et pour notre plus grand malheur. L’histoire bégaie et semble s’ingénier à repasser les plats.

  56. Cardabelle
    18 avril 2012 at 20 h 54 min

    « Un évêque de France me faisait remarquer il y a peu que la foi n’était plus transmise aux jeunes générations ».

    Tout dépend de ce que l’on met sous le mot « foi ». Mes enfants et petits-enfants n’ont plus la « foi » si l’on entend par là une adhésion sans faille à un catéchisme, à des « dogmes » imposés d’en-haut, à des pratiques obligatoires, etc.
    Je me réjouis cependant de constater que leur « foi » en Dieu, Père, Fils et Esprit, est toujours vivante, même si elle s’exprime, se vit de façon différente de la mienne. Un point commun cependant : l’attention portée aux plus petits, aux plus faibles, l’ardent désir d’un partage : « ce que vous avez fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait ».

  57. Etienne
    18 avril 2012 at 20 h 01 min

    C’est une page qui se tourne. C’est la fin de de l’ouverture des années 60-70, de l’optimisme conciliaire. Un évêque de France me faisait remarquer il y a peu que la foi n’était plus transmise aux jeunes générations. J’ai accepté de faire ce constat sereinement. J’ai regardé dans ma famille et j’ai constaté que c’était le cas autour de moi. Il y a quelque chose qu’on n’a pas su faire passer. Et ce pape recompose ses troupes à partir de milieux où la foi continue à se transmettre. Je reste perplexe. On verra s’il a raison ou pas.

  58. Gilles Marmasse
    18 avril 2012 at 19 h 59 min

    Certains commentateurs soutiennent que Benoît XVI fait un geste de bonne volonté en direction des intégristes sans cependant partager leurs vues. Cette interprétation serait crédible si l’on ne savait que le marque de fabrique de Benoît XVI est l’intransigeance doctrinale et le refus du compromis. En réalité, même s’il ne le reconnaît pas publiquement, il est manifeste qu’il est, comme Mgr Pozzo, fondamentalement en accord avec la vision théologique des intégristes, et considère leurs dérives politiques et leur comportement violent comme un non-problème.

  59. Pascal Jacob
    18 avril 2012 at 19 h 16 min

    « Le concile est l’autorité suprême de l’Église catholique ». Tiens donc ? Vous sortez cela de votre manuel de théologie ?
    Ca vous dérange que l’Eglise évite un schisme ? Bien sûr, ce n’est pas vous qui tiendriez des propos contre la foi :)

    • Christine
      18 avril 2012 at 19 h 32 min

      Pas le concile seul, le concile et le pape, unit l’un a l’autre. Les textes conciliaires ont été votés, et le pape les a promulgués. Ce que le pape et le concile ont fait, le pape seul ne peut le défaire. Mais peut-être considérez-vous que la constitution dogmatique Lumen Gentium et le code de droit canonique de 1983 ne font pas partie de la tradition légitime de l’Église?

  60. Bernard Leclercq
    18 avril 2012 at 18 h 54 min

    Lundi 16 avril, à Tours, conférence de Henri Tincq sur « la tentation néoconservatrice dans l’Eglise » sabotée par une dizaine de jeunes intégristes qui ont contraint l’orateur à abréger sa conférence. Le lendemain, même chose lors d’une conférence sur Vatican II. Des propos très violents vis à vis du Concile du type « Pourquoi refusez-vous les intégristes alors que vous acceptez de parler avec les musulmans et les protestants ? », « Vous faites passer la Tradition après la charité… », « Il n’y a qu’une seule vraie religion c’est le Catholicisme (d’avant Vatican II, pourquoi parler avec les musulmans ? ». Bref intolérance, violence, refus clair et net du Concile. Voilà leur vrai visage. Pourquoi Benoît XVI accepte-t-il de se faire rouler dans la farine, et nous par la même occasion. Il faut réagir; une pétition OUI, elle aura sûrement un grand succès si on se mobilise. La coupe déborde !

  61. gershom leibowicz
    18 avril 2012 at 18 h 07 min

    Le choix des mots…. »divine surprise » telle est la qualification de cet évènement par un membre de la FSSPX. Les mots mêmes de Charles Maurras pour qualifier l’invasion de la France en juin 1940 et l’accession au pouvoir du maréchal Pétain.Conscient ou inconscient- je crois pour ma part que cela est voulu- un jeu de mots qui en dit long sur l’état d’esprit de la FSSPX et sur l’avenir de la communion que cet accord est censé restaurer.

  62. GC
    18 avril 2012 at 17 h 09 min

    Bravo pour votre commentaire pertinent et circonstancié.
    On ne peut laisser passer cela ! Pourquoi ne pas organiser une vaste pétition pour exprimer notre refus de cette réintégration dans ces conditions.

  63. AD
    18 avril 2012 at 16 h 56 min

    A certains, on déroule le tapis avec des arrangements particuliers quitte à laisser Vatican 2 au placard, à d’autres on demande de se taire et d’obéir………

  64. claudine onfray
    18 avril 2012 at 16 h 23 min

    MERCI au nom des baptisés de France et de Navarre!!!

Suivez la CCBF

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterCheck Our Feed

AGENDA

Avec les femmes de la ... 16-19 Avril
Etiolles (91)

En savoir +
Célébrer Pâques avec la Mission de France 19-21 Avril
Pontigny (89)

En savoir +
Habemus Gender, Déconstruction d’une riposte ... 15-16 mai
Bruxelles

En savoir +

Ailleurs sur la Toile